Pairi Daiza est heureux d'annoncer que sa femelle Panda géant Hao Hao présente à ce jour les signes d'une grossesse. A ce stade, il est prudent de parler d'arrivée possible voire probable d'un bébé. Si la gestation qui semble en cours se vérifie, le petit est attendu d'ici au début de l'été et la naissance peut se produire à n'importe quel moment.



 LES SIGNES
 Les signes de grossesse de Hao Hao sont les suivants:

1) La progestérone.

Les analyses ont révélé l'existence d'une première hausse après l’insémination et puis d'une deuxième hausse significative "en plateau" du taux de progestérone de Hao Hao (significative d'une gestation ou d'une fausse grossesse). Ce taux reste très élevé à ce jour.

2) La céruloplasmine.

Pendant la diapause embryonnaire**, le blastocyste (l'oeuf fécondé à son stade primaire en quelque sorte), qui flotte, est identifié comme un corps étranger par le système immunitaire maternel et provoque une inflammation quand il touche l'utérus. L'analyse de la céruloblasmine permet de mesurer qu'une telle inflammation s'est produite. Dans le cas de Hao Hao, ce marqueur a été constaté une première fois à J+8 après insémination et est tombé vers les valeurs de base au moment où s'est vraisemblablement produite l'implantation de l’embryon.

3) Un métabolite de prostaglandine F2α (le PGFM). 

Cette hormone aide à réguler le procédé reproductif lié à la gestation tel le développement de l'embryon ou la continuation de l'activité des ovaires pendant la gestation. Un pic significatif a également, ici, été constaté. Ces trois mesures, concordantes dans le cas de Hao Hao, semblent prouver qu'un embryon s'est implanté dans la paroi utérine de la femelle panda. Les résultats les plus significatifs sont tombés ces derniers jours".


 Pourquoi reste-t-il un doute alors? Car, pour optimiser leurs chances de gestation, les femelles pandas ont une activité hormonale très soutenue qui peut pendant des semaines fausser les résultats des tests scientifiques (pics hormonaux assez semblables à ceux attendus dans le cadre d'une grossesse). Qui plus est, la triple analyse scientifique réalisée à Pairi Daiza, récente, n'a jusqu'ici été que peu pratiquée et on ne peut dès lors comparer ces résultats à ceux d'une expérience antérieure similaire. Il est in fine communément admis que la seule véritable preuve de l'implantation d'un embryon est l'échographie. Hao Hao ne manifestant pas un goût prononcé pour son "training échographie", ses soigneurs ont mis cet exercice sur pause afin de ne pas la stresser.


B) Le comportement de Hao Hao.

 Tania Stroobant, soigneuse des pandas: "Pendant plusieurs semaines, elle a mangé le double de la quantité de bambous habituelle, puis elle s'est progressivement désintéressée de la nourriture et a commencé à refuser de sortir de sa grotte. Elle dort beaucoup et est assez léthargique. L'année dernière, on avait déjà vécu un épisode assez similaire, donc nous sommes restés très prudents et avons gardé nos supputations pour nous. Mais les signes, cette fois, sont omniprésents. Elle répond à ses deux soigneuses mais se désintéresse de ses soigneurs masculins depuis quelques jours, cherchant l'isolement. Ce qu'elle a trouvé dans sa "tanière". Nous avons par ailleurs constaté très récemment un enflement des mamelles de Hao Hao ce qui signifie qu'elle semble se préparer à allaiter. Les analyses scientifiques reçues ces derniers jours sont allées dans le même sens que nos observations". Les naissances dans un jardin zoologique pour cette espèce en danger d'extinction sont très rares. De par le monde (ce qui inclut la Chine), seule une trentaine de bébés viables voient le jour en moyenne chaque année (242 depuis 2008) alors qu'on ne compte plus que 2.000 pandas en vie, en liberté, dans les montagnes de l'Empire du Milieu.

PRUDENCE 
Si les soupçons concernant Hao Hao se confirment, il convient toutefois à ce stade d'être extrêmement prudent. Il est en effet toujours possible que Hao Hao, véritable trésor de la Chine prêté à Pairi Daiza en 2014, fasse une fausse couche ou résorbe le foetus. Il est également possible que la mise bas se passe mal et que le bébé meure à la naissance ou dans les jours suivants la naissance. On l'aura compris, la gestation n'est que la toute première étape d'un long parcours semé d'embûches pour la maman panda et son bébé et il convient de rester conscient, à tout moment, de ces difficultés. Si tout évolue positivement, il s'agirait pour Hao Hao d'un premier bébé, issu de la double insémination qui a été effectuée, avec le sperme de Xing Hui (autre panda Pairi Daiza) les 10 et 11 février derniers. Cette intervention avait été réalisée par une équipe sino-belge dirigée par le Dr vétérinaire Li Desheng, directeur du China Conservation and Research Center for Giant Pandas et expert mondial en reproduction des pandas. Hao Hao est issue d'une lignée fertile puisque sa maman a mis au monde pas moins de neuf bébés!

PREPARATIFS 
Et pour que tout se passe bien, Pairi Daiza s'est préparé en vue d'une future naissance. Une nurserie "pour les premiers soins" a été installée tout près de la chambre de Hao Hao. Dans l'hypothèse d'une naissance, il n'y aurait intervention humaine que si le bébé est en danger du fait d'un problème de santé ou d'un désintérêt de la mère. Ou s'il y a des jumeaux (une maman panda étant dans l'incapacité de s'occuper seule correctement de deux bébés). Deux couveuses, dont une offerte par la société Dräger, sont prévues (deux par sécurité sur le plan technique, par exemple en cas de panne d'une des machines). Deux soigneurs expérimentés arriveront de Chine demain afin de renforcer l'équipe sino-belge déjà en place. Une équipe de vétérinaires sera également de garde 24h sur 24 afin de pouvoir aider, si besoin, la maman gestante ou ses éventuels petits.

Enregistrer un commentaire

Fourni par Blogger.